presse

Ouest France avril 2018 La mer au belvédère

Clémentine Page, Anne Petit, Myriam Martinez exposition
Ouest France – Octobre 2016

 

clémentine Page Myriam Martinez Anne Petit
Le tregor – octobre 2016

 

Clémentine Page, Myriam Martinez et Anne Petit
Ouest France – Octobre 2016
Clémentine Page - Plaine - Myriam Martinez - Anne Petit
Télégramme – Octobre 2016

 

http://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-clementine-page-une-artiste-multiple-4377628

Profil

1985 : Naissance à Landerneau

2004 : Mise à niveau en arts appliqués au Paraclet à Quimper

2005 : Débute une formation de costumière à Paris

2006 : Arrive à Morlaix et travaille comme couturière

2015 : Quitte son travail et se lance dans la musique et la sculpture

 

morlaix-clementine-page-une-artiste-multiple

Clémentine Page est musicienne principalement, mais également sculptrice. Elle ne veut pas choisir et préfère faire les deux. Il y a un an, elle a monté un spectacle avec la danseuse Oriane Germser dont la 5e représentation aura lieu ce mercredi, place Allende à Morlaix, dans le cadre du Bel été.

« À nos yeux, c’est une succession de tableaux un peu abstraits qui répondent à une idée autour du froid », décrit Clémentine. Dans Ici, Clémentine chante, joue du tuba et du clavier et ce ne sont pas les seuls instruments qu’elle maîtrise. « Quand j’étais petite j’ai pris des cours de violoncelle, de piano, de guitare, de trombone, de solfège et de chant. Je changeais tout le temps. » Elle a grandi avec cette passion pour la musique. « Il y a pas mal de musiciens dans ma famille. Je chantais lors des repas, à force j’ai dû les bassiner », raconte Clémentine.

Après des études d’arts plastiques et une formation de costumière, elle choisit de travailler comme couturière plutôt que de rejoindre le monde du spectacle. « Je crois qu’avoir un bébé à 21 ans ça m’a fait un peu flipper et je me suis dit qu’il me fallait un travail stable », confie-elle. Mais en 2015 elle décide de tout lâcher pour se consacrer à la musique : « C’est ça qui me fait vibrer. Quitte à gagner peu d’argent autant s’éclater. »

Elle rejoint un groupe, puis la fanfare Baraka de Plouezoc’h. Au même moment, elle rencontre Oriane Germser avec qui elle décide de créer un spectacle. « Cela faisait un moment par rapport à son travail que j’espérais collaborer avec elle », se souvient-elle. Je ne connaissais pas beaucoup d’artistes dans le coin qui étaient libres et qui avaient des idées. »

Parallèlement Clémentine Page commence la sculpture. « Je suis en quelque sorte assistante de sculpteur depuis 10 ans, justifie-t-elle en évoquant son compagnon, Guillaume Castel. À force de travailler avec lui je me suis lancée ». Il y a quelques mois, elle a même eu la chance d’être exposée à Paris, à la célèbre Place du Tertre dans le quartier de Montmartre. « J’étais assez étonnée d’être invitée », révèle la musicienne.

En fin d’année elle partira en résidence avec sa partenaire à La Gare, une école de danse de Relecq-Kerhuon, près de Brest. « On aimerait faire une version de notre spectacle qui prenne moins de place pour pouvoir le jouer dans plus d’endroits », annonce Clémentine, comme projets parmi tant d’autres.